Live Report : Thee Oh Sees + Mdou Moctar / LA BAM à Metz

Suite à la claque prise à Reims, on a profité du second passage de Thee Oh Sees dans le Grand-Est pour aller les voir et découvrir la fraîche et pimpante salle de La Boîte à Musique, dite la BAM à Metz.

           Crédit photo :  Cyrille Guir

La petite histoire

Après un dédale dans la cité Messine, apparaît d’un coup d’un seul ce bloc d’architecte tout neuf qui dénote dans le décor général du « Grand Domaine ». La salle de La Boîte à Musique nous paraît d’emblée toute neuve, ou du moins pas loin. Un béton blanc lisse qui se pare de lumières le soir, intégrant à son architecture sa volonté de rayonnement culturel au plein coeur d’une zone d’habitation à majorité de composition de logements sociaux. Celle-ci n’a ouvert ses portes que fin 2014, terminant ainsi une 3ème saison avec une programmation aussi éclectique que fédératrice. Construite de manière complémentaire avec celle des Trinitaires, elle accueille aussi bien des artistes internationaux, que des projets locaux, musicaux et festivals, profitant au passage de sa place au « carrefour » de l’Europe de l’Ouest pour grappiller quelques têtes d’affiches de transition entre deux dates de festivals. Mais c’est véritablement la recherche d’artistes à mettre en avant, des pépites à découvrir qui semble fonder la ligne directrice de la programmation.

Essentiellement centrée sur sa salle de concert, la BAM accueille dans un espace tout aussi neuf et bien aménagé, un maximum de 1100 visiteurs par soir. Salle à modulation selon l’évènement, celle-ci dispose de deux balcons latéraux et une accessibilité aux normes. Une taille raisonnable et « humaine » de SMAC mais ou l’espace ne fait pas défaut et dont les équipements sonores et scéniques récents font honneurs aux prestations musicales et aux oreilles des spectateurs.

Mais la BAM n’est pas qu’une simple salle de concert sans âme et identité. Disposant de salles de répétitions, de salles dédiées aux formations musicales et aux conférences ainsi que des ateliers. Celle-ci intègre sa structure dans le cadre d’un projet de promotion des Musiques Actuelles en proposant services aussi bien aux amateurs, qu’aux professionnels gravitant autour de la scène. Un véritable centre de développement artistique, culturel qui à vocation à rayonner sur le secteur régional.
Après un excellent accueil et avoir découvert le hall donnant ouverture sur les multiples étages de la bâtisse, on s’installe au bar avant d’avaler la première partie. Avec un espace plutôt large et pas mal de places disponibles, côté bar on est devant une installation classique de ce genre d’établissement. Classique certes, mais on à quand même apprécier le choix des boissons et même des softs au passage…

Mdou Moctar (première partie)

Un peu plus d’une semaine après leur prestation remarquée au Pelpass Festival, on retrouve avec plaisir Mdou Moctar cette fois-ci en salle, dans de bien meilleurs conditions. Trio fer de lance d’une scène Rock Touareg en constante expansion, le groupe est en réalité la création de son frontman du même nom, le Nigérien M.Dou Mouktar. Si aujourd’hui le groupe se targue de jouer sur des scènes Européennes au même titre que le Group Doueh, Bombino ou les Tinariwen. Pendant ses premières années d’activités celui-ci s’est présenté comme un « simple groupe de Mariages » reprenant à ce titre les thématiques de l’amour, de la paix mais aussi de leur religion, l’Islam. Mais Mouktar et ses comparses n’ont gagné estime à l’internationale qu’après leur second album paru en 2013 et ont développé en même temps un style si particulier. Mêlant aussi bien du chant traditionnel touareg à des tempos rythmiques Bluesy. Des gammes arabes entremêlés de guitares embrasant volontiers par moment des saturations poussives et honorant à sa manière, les feux génies, Hendrix et Prince. Le tout en habit traditionnel sur scène.

Curiosité si l’en est, le choix de cette première partie ne doit rien au hasard. Les relents psychédéliques insufflés par le choix des gammes et le BPM soutenu du batteur font de Mdou Moctar un excellent tour de chauffe. Un dépaysement rafraîchissant comme un thé chaud à la menthe avant le plat principal sauce Californienne. Avec un set d’une longueur appréciable pour une première partie et un bien meilleur son qu’en festival, le groupe a donné place à une prestation presque sans transitions et à fait découvrir le fameux « Sahel Sounds ». Si une certaine redondance de par la rythmique toujours dans les mêmes tempos s’est faite ressentir et que les gammes utilisées par Mdou avaient elles aussi leurs limites. On ne peut que constater la qualité du trio à tenir la baraque et d’admirer les talents autodidactes du frontman à la guitare. Véritable maître de son style, celui-ci délivre un jeux en Picking débridé et sauvage, n’hésitant pas à s’entacher d’envolées lunaires lors de solos ne tournant pas pour une fois ni à la pentatonique, ni à la démonstration masturbatoire. On a passé un bon moment devant et le public semble y avoir trouvé son compte, saluant comme il se doit le trio venu de loin. Sans réel moment de folie non plus, dans le cadre d’une session découverte cette première partie orienté « World Music » est cependant une bonne proposition pour un public dont on connaît déjà la qualité. Vu que celui-ci vient voir le meilleur groupe du monde de la terre en même temps…Thee Oh Sees.

Hop, le temps de prendre une bière au bar et on retourne dans la salle pour être à l’heure et rien rater, même pas les balances…

Thee Oh Sees

Voilà on y est. La soirée était enfin l’occasion de voir Thee Oh Sees dans une salle en France. Une première pour nous, et le second show de l’année après leur passage à La Magnifique Society à Reims le mois dernier. Groupe nomade, Thee Oh Sees est in fine le projet d’un homme, et quel homme, le stakhanoviste discret John Dwyer. Musicien hyperactif de la scène Garage/Punk/Psychédélique depuis 20 ans déjà, il a acquis au même titre qu’un Ty Segall ses lettres de noblesses du genre à l’international en promouvant de multiples projets sonores. Sans concessions mais évoquant sans cesses San Francisco et une liberté musicale sans égales. Appliquant à sa formation phare un nouveau Line-up depuis 3 albums comprenant désormais un set avec deux batteurs, Thee Oh Sees est un serpent, une hydre naviguant dans des eaux multicolores et troubles. Du jour au lendemain la formation est capable de pondre de nouvelles pépites sur scènes. Dernier exemple en date, le lendemain de leur prestation à La BAM, le groupe annoncera officiellement la parution d’un nouvel album à venir « Orc« , à paraître le 25 Août bien évidemment chez CastleFace Records, le label de John Dwyer. Mais surtout le changement officiel du nom du groupe, passant de « Thee Oh Sees » à simplement « Oh Sees » et dévoilant au passage leur dernier son en date « Static God », qu’ils présenteront devant nous ce même soir et dont vous pouvez entendre la douce folie ici.

A peine arrivé devant la scène, un sentiment de déjà-vu s’installe, bon ça tombe bien on que des bons souvenirs avec eux. On retrouve donc notre quatuor fou dans la même configuration qu’il y’a deux semaines. John avec son barda à gauche, les deux batteries au centre et la basse à droite. Mais on remarque rapidement que les gars portent exactement les même fringues qu’à Reims… et qu’à chaque fois qu’on à pu les voir en streaming live. Et là se pose la question, est-ce qu’il existe chez Thee Oh Sees un fétichisme du vêtements ? Comme les slips chez certains footballeurs américains après une victoire ? Finalement, le tank-top ou la marinière chez John ne serait-elle pas l’assurance d’un concert de folie ? Pas le temps de niaiser avec des pensées à la C.Cordulla, le groupe démarre toute blinde son set à peine les balances finies comme si de rien était. Les spectateurs déjà bien devant avec des gros yeux qui brillent, devant cet éclairage en qui ne s’attendait pas à les voir démarrer comme une F1, les montagnes russes commencent.
La claque est palpable, les nuques frétillent et le public déjà conquis en prends pour son grade. Pendant plus d’une heure de set retraçant la discographie déjantée du groupe, Dwyer et ses bros déballent aussi bien les nouvelles compositions que les plus ou moins « tubes » de son ancienne équipe. L’occasion de s’agiter au démarrage de la fusée sur l’objet sonore « Plastic Plant », « le classique « Tidal Wave », l’old-school « Dead Energie » mais aussi et surtout la baffe Fuzzienne « Toe Cutter/Thumb Buster ». Le son est particulièrement bon et largement optimisé pour que nos petites oreilles profites allègrement de ces deux batteries en format stéréo. Basse présente, voix de Dwyer audible, non on à pas trouvé grand chose à redire, vraiment. On a affaire à un set plus Noise, toujours plus énergique qu’à l’accoutumée et un Dwyer de plus en plus mobile et cracheur au fil des tracks. Ca enchaîne dans la joie en distribuant des claques acidulées et en motivant ce beau public Messin mais pas que, à des pogos et à se lancer dans quelques épisodes de crowdsurfings hasardeux mais généreux. D’un coup soudain démarre « The Dream », taux de satisfaction mélodique proche d’un score électoral d’ex-U.R.S.S puis vient la nouvelle perle « Static God ». On se regarde, follement curieux, à l’heure on ne sait pas ce que c’est, mais on en veux encore ! Petite pause morphine avec « Sticky Hulk », notre chouchou de Mutilator, la piste planante au possible, juste le truc idéal en fin de set, pour te rappeler que t’es vivant. Tout ce vacarme jouissif pour finir en beauté sur un « Contraption / Soul Desert » interminable et improvisé à la sauce Thee Oh Sees. C’est déjà fini, on a un peu de mal à sortir de ce rêve et notre âme traverse soudainement un désert désagréable, plus de son, plus de Fuzz…Et ce son… on jette un dernier coup d’oeil au Pedalboard de Dwyer après avoir copieusement applaudis le quatuor. Se pose une question existentielle désormais, comment fait-il pour cracher tout ça d’une guitare avec seulement QUATRE pédales aux pieds ? MAGIE. Un salut final d’un public conquis pour un groupe n’ayant pourtant plus rien à prouver depuis des lustres, mais qui s’entache à garder intact une légende de feux dans les salles ayant la bonne idée de les programmer.
Merci La BAM, c’était top ! On reviendra avec plaisir.