La Magnifique Society : La parenthèse Chic du mois de Mai en Champagne

A moins d’un mois des festivités, nous faisons le point sur la programmation finale de La Magnifique Society, la nouvelle création Rémoise et fruit de la collaboration de la Cartonnerie et de Césaré.

 

Fort du succès des treize précédentes éditions du festival Elektricity, évènement bien installé dans le coeur de Reims. La Magnifique Society, se dresse comme un successeur à la programmation plus ambitieuse et éclectique, naviguant entre la recherche d’artistes internationaux et de temps fort en découvertes. Mais cette volonté d’ouverture ne se limite pas qu’à la seule dimension musicale. Ce nouveau projet fera la part belle à la promotion culturelle et à la recherche d’une esthétique dite « globale », véritable expérimentation urbaine murement réfléchie, celle-ci souhaite s’orienter comme une véritable expérience sonore à vivre le long de cette troisième semaine d’un mois de Mai. Six jours de festivités qu’il convient de distinguer en deux temps forts.

  • L’avant garde : Warm-up du festival se déroulant la semaine et sous la tutelle de Césaré, ces trois premières journées seront l’occasion de retrouver une multitudes d’évènements (performances, concerts, expositions) dans les différents espaces du centre ville qui seront mis à l’honneur pour cette occasion (voir programmation).

  • Le Festival : Situé au sein du Parc de Champagne et bénéficiant d’un aménagement inédit pour l’occasion, l’espace classé Patrimoine mondial de l’Unesco vibrera durant 3 jours de performances lives d’artistes internationaux comme locaux répartis sur trois scènes différentes (voir programmation).

  • Nos 3 immanquables du Vendredi 19 Mai : Démarrage tout en douceur
  1. AIR : Mélodistes romantiques et passionnés depuis deux décennies déjà, souvent éclipsés par le duo mythique des Robots français. Digne représentant d’une électro-soft et des plus distinguées ayant fait mouche dans le 7ème Art comme en dehors. La reformation d’AIR, réapparu sur le devant de la scène l’année précédente après des années d’absences est une opportunité légère à saisir en live. Avec une setlist « Best-of » mais réarrangée de leurs classiques, le duo insuffle une dimension nouvelle à ses compositions lunaires qui sauront aussi bien ravir le fan et qu’envoûter le profane.
  2. Moderat : Après un troisième opus paru en 2016 et sortant d’un set impeccable à Coachella. Le trio allemand s’embarque dans une nouvelle aventure live plus riche, plus intense et magnifiée par une nouvelle dimension scénique. Difficile de reprocher aux Berlinois leur volonté de rendre contemplatif et d’ouvrir le champ de leur musique aux plus grands nombres tant l’effort artistique de fonds semble rester de mise.
  3. Agnes Obel : Visage bien connu du public français, Agnes Obel pianiste danoise à la voix d’ange sillonne l’Europe depuis quelques années, faisant frissonner ses cordes par une sensibilité à fleur de peau et des compositions d’une délicatesse rare. Un univers tantôt chaleureux, tantôt galcial mais toujours ensorcelant et qui trouve légitimement sa place dans cette douce ouverture du vendredi.
  • Nos 3 immanquables du Samedi 20 Mai : La grosse Bertha

  1. Jacques : Phénomène Monacale, trublion hypnotique et alchimiste fou de la scène électronique française. Jacques Auberger, l’Alsacien à la tonsure impeccable est le maître du bricolage scénique. Captant en live des sonorités loufoques via la maîtrise de son piezzo et d’objets décalés, chacune de ses prestations est une rencontre unique. Une expérimentation des sons, sorte de cabinet des curiosités d’un bruitiste qui ne s’embarrasse pas des conventions et des protocoles.
  2. Thee Oh Sees : Patron incontesté du Garage/Rock/Psychedelic Californien avec son comparse Ty Segall. John Dwyer le frontman de Thee Oh Sees et boss du label Castle Face Records est une inarrêtable machine à produire. Accumulant les albums, les side-bands et les lives mémorables, c’est avec la dernière formule de Thee Oh Sees (avec deux batteurs s’il vous-plaît) qu’il viendra mettre en jeux sa réputation et répandre le feux, le sang, l’amour et un peu de San Francisco dans Reims.
  3. Group Doueh et Cheveu : Collaboration aussi originale et qu’inattendue ,cette belle collaboration n’ayant d’autres volontés que de transcender les genres et l’espace temps est l’un des ovnis sonores des plus agréables de cette année. Projet Made in Born Bad, entre l’inclassable trio français Cheveu et le Group Doueh, un combo Saharien, cette rencontre ayant abouti d’un album unique et héliotrope apparaît comme la promesse d’un live marquant. Une curiosité inratable.
  • Nos 3 immanquables du Dimanche 21 Mai : Made In France

  1. Camille : Artiste aussi discrète qu’inclassable. Absente depuis des années sur la scène musicale française, sans trahir ses convictions et son talent, Camille revient parmi les bruyants afin de présenter en amont de la sortie de son nouvel album, ses compositions aussi intimistes que vivantes. Une légère mais folle parenthèse qui augure d’un bon moment.
  2. Fishbach : Après une série marathon de prestations dans les SMAC en début d’année, Fishbach viendra défendre ses compositions dans les festivals via une première étape essentielle pour elle à Reims. Etoile montante locale de la pop rétro-synthétique et décalée, personnage encensé par la critique musicale et récompensé comme un bon millésime par ses paires. Elle navigue à contre courant des styles actuels dans une mélodie personnelle et brute qui ne laissera personne indifférent. L’enfant du pays à découvrir.
  3. Her : Auteurs de l’imparable tube « Five Minutes », phénomène pop aux accents soul rappelant la classe d’un Jungle, le duo français peut s’appuyer sur des soutiens de renom et un appui médiatique fort. Passant depuis peu, de la scène underground à la reconnaissance, nul doute qu’Her est l’un des noms que l’on entendra dans toutes les bouches cette année.
  • Le Tokyo Space ODD : En plus de retrouver la programmation scénique habituelle répartie sur les trois scène du parc, ces trois jours seront l’occasion de découvrir un espace dédié au Japon. Un partenariat inédit et soutenu par l’Institut Français, Crative Man et J-Lop4 et avec aux manettes Daipop 2080 en temps que curateur musical.  L’occasion de découvrir des artistes invités du pays du soleil levant, des jeux rétro, de la cuisine japonaise ainsi que des décors et une ambiance tout droit sortie des quartiers les plus branchés de Tokyo.

 

 

Informations et réservations sont à retrouver sur le site officiel du festival :

http://lamagnifiquesociety.com/